M. Acquarone

Guide ou photographe ?? Les deux mon ami !

Quand le photographe devient voyageur, il est le témoin actif des différences du monde.

Très respectueux, trop peut-être, de l’intimité des gens, c’est de paysages que s’impriment mes empreintes argentiques. Montagnes, vallées et plaines sont en fait le décor d’un vécu qui a bien souvent bouleversé les agencements naturels. Et contrairement aux illusions humaines actuelles et éphémères, le paysage rend compte d’un passé naturel ancien et des actes des hommes qui peu à peu ont modifié, enjolivé ou abîmé ce terrain.

Photographe amateur puis pro, j’ai découvert et apprécié les surprises de Dame Nature au cours de mes déplacements.

Un choc, tout jeune, je reste pétrifié devant la force d’un immense volcan qui, en explosant devant moi, m’envoûte et influencera ma destinée.

La photo restera ma base, mais l’envie de volcan va m’entraîner au loin. Et puis, à force de voir des paysages, je me suis sensibilisé à regarder des milieux naturels, à repérer des systèmes, des activités et des hommes. Comprendre, interpréter, le chemin se trace tout seul, diffusions des clichés par une agence spécialisée nature et accompagnement en tant que guide vers quelques-uns de ces volcans.

Le volcanisme est la seule véritable action naturelle qui modifie le globe sur des grandes surfaces. Les hommes en profitent ou la subissent. En tant que témoin photographe et guide, j’ai l’avantage d’en profiter et je remercie ces montagnes de feu qui m’ont appris à regarder.

Dans mon métier de photographe, je suis devenu paysagiste de cœur, j’aime les vastes étendues et essaye de transmettre la sérénité des lieux.

Et quel meilleur endroit que l’Islande pour exercer le métier de guide au milieu des volcans.

Une Land 88 échangée contre une semaine de travail et nous voilà a parcourir toute l’Islande. 1981

Mais le monde a été bouleversé par les Hommes et leurs savoirs. Ceux-ci me passionnent et m’ont fait guide.

C’est en créant le premier safari photo en Islande sous la pression amicale de mon ami Anton que j’ai débuté avec des groupes de visiteurs. C’était en 1985. J’avais déjà séjourné de nombreuses fois dans le pays, notamment une année complète dont une partie avec un travail dans une usine de poisson à Seyðisfjörður. Depuis je guide tous les étés pendant deux ou trois mois dans cette île. Je travaille pour l’agence islandaise AD-Travel.

Pour devenir guide j’ai passé divers diplômes et l’un d’eux m’a permis de me recentrer dans ma région du Languedoc.

J’ai rajouté l’expérience à la connaissance pour maitriser un savoir-faire, un d’ici, des garrigues, celui de la carbonisation, me voilà maitre charbonnier.

Ma passion au delà de l’Islande est la fabrication du charbon de bois. J’ai découvert dans cette activité, un monde incroyable de possibilités en rencontres, dans l’art, en ethnologie et bien sur en savoir faire. En Islande j’ai réalisé une charbonnière avec du bois flotté et fabriqué du charbon végétal avec des Lupins.

Photo Junko, Fresh Winds Garður, Islande

Vous pouvez retrouver tout ça dans mon autre blog : www.altimara.eu/blog

Première expérience en 1976, les pistes étaient infernales, la Rodéo y a laissé quelques plumes…

Contact : altimara@altimara.eu